Histoires de déclics, histoire de faire basculer tes ventes

Histoires de déclics, histoire de faire basculer tes ventes

Histoires de déclics, histoire de faire basculer tes ventes

Histoires de déclics, histoire de faire basculer tes ventes

Que tu sois expert en vente ou que tu écrives les premières pages de ton histoire entrepreneuriale, il y a des moments où ton chemin est pavé de doutes, d’appréhensions quant aux comportements à adopter pour vendre plus, ou aux choix à faire pour t’entourer de la meilleure équipe. Décliquer, c’est accueillir tous ces défis sans se laisser submerger, et adopter une attitude gagnante pour se relever. 

Et pour explorer des déclics en action, nous avons réalisé une série d’épisodes radio JAB qui retrace les aventures entrepreneuriales d'Augustin, Antoine, Nancy, Mathieu et Jean-Baptiste. Chaque épisode est une conversation avec un entrepreneur qu’on accompagne chez JAB en tandem avec WILCO, l'accélérateur d’innovation qui emmène les startups tech vers leur 1er M€ de chiffre d’affaires annuel. 

Impact: un pacte de gratuité ?

Il est d’usage de dissocier impact et profit et de penser qu’il faut sacrifier l’un pour réaliser l’autre. En réalité, ces deux notions sont tout à fait complémentaires, comme l’ont montré nos échanges avec Nancy, Augustin, et Antoine.  Avec Ytems, Antoine propose des solutions de productivité pour les experts comptables et leurs clients en professions libérales. La solution SAS qu’il vend impacte directement les experts comptables et leurs clients. 

Avec Qobra, Augustin a pu développer un logiciel qui aide les entreprises à faire de la rémunération variable un vrai levier de performance et de rétention des commerciaux

Enfin, Nancy a fondé Studio Twins, un studio de design thérapeutique qui met le potentiel des textiles intelligents au service du bien-être et de la santé. Elle a pu commercialiser le premier plaid thérapeutique non médicamenteux destiné à calmer les patients souffrants de troubles comportementaux. 

“Vendre sert à Avoir un impact cohérent avec le monde dans lequel on vit, qui est un monde économique, et facturer la valeur qu’on crée  “ ( Nancy )

Tu peux alors déceler le dénominateur commun de ces business : ils créent de la valeur, de l’impact, et de l’argent. 

Le fait est  que l’argent est ce qui continuera de faire tourner le moteur de ton business et d’élargir l’échelle de ton impact. Comme l’évoque Nancy, lorsqu’il y’a un produit qui correspond à des gens, une envie qui répond à un besoin, et un impact, il devient trop dommage de ne pas réaliser de profit. 

Vendre quand rien ne t’y destinait : histoire de trois déclics 

Antoine n’avait jamais vendu. C’est avec JAB qu’il a appris à dédramatiser le processus de vente par des conversations de valeur, de la prospection au closing : “ Parler à ses clients et utilisateurs  au lieu d’utiliser un vernis de Com’ permet de savoir ce qui va et ce qui ne va pas “.  

Augustin aussi percevait la vente comme des “montagnes russes”.  Le contenu web et les vidéos qu’il avait parcourues jusque là s'appliquent au contexte américain, et éventuellement à la vente de commodités en France … mais étaient incompatibles avec la vente de valeur. 

Biberonné à ce contenu dont il n’était pas convaincu et donc de force de persuasion,  il a décidé de tout reprendre à zéro et d’accompagner son reset par la méthode JAB. Il a progressivement réussi à gagner l’écoute, premier déclic de ses cold calls.  

“ Ce qu’on vend chez JAB, c’est une progression de soi, le chiffre d’affaires n’en est que la manifestation. Contrairement aux idées reçues, la confiance se construit brique par brique.“ ( Sarah )

Quant à Nancy, son aventure entrepreneuriale est une histoire de montée en confiance faite de micro-déclics.  En plus d’avoir gagné en spontanéité et maintenu son faible besoin d’approbation, elle a trouvé du sens dans le fait de vendre de la valeur plutôt que des commodités. 

“ Quand tu sens que tu es plus un partenaire qu’un prestataire, pas un gars avec une mallette qui vend des produits”  ( Nancy )

Le déclic s’est opéré lorsqu’elle a cessé de raccrocher à la croyance qu’un jour, un quarantenaire en costume expert en vente viendra se charger de faire sa vente pour elle.  Or il n’est de meilleur vendeur que le fondateur de la boite, car il sait pourquoi il l’a fait, il est animé par quelque chose qui ne peut pas être entièrement délégué à un vendeur extérieur.

Tu l’auras compris, on ne naît pas vendeur, on le devient. Si toi aussi tu veux décrypter tes déclics pour accroître ta courbe de progression, écoute nos podcasts Radio JAB hors série consacrés aux déclics, et poses-nous les questions qui te traversent l'esprit. Nous y répondrons au prochain épisode. 

JAB
11
April
2022